Du traditionnel liège aux nouveaux écolo, les bouchons donnent du fil à retordre à nos vignerons!

1/ Les bouchons en liège

Les bouchons

Les bouchons naturels sont découpés directement dans les plaques d’écorce de liège par tubage (emporte-pièce) puis sélectionné en différentes classes en fonction de sa qualité. Ces bouchons hautement qualitatif permettent au vin de poursuivre son évolution et sa maturation en bouteille et d‘apporter  ainsi une véritable valeur ajoutée. La perméabilité de cette matière permet de faire « respirer » le vin et garantit une bonne évolution dans le temps. Il est souvent utilisé pour des vins de garde. Les inconvénients qui freinent ce choix de bouchage sont, son prix et sa sensibilité au TCA (la molécule qui donne le goût de bouchon).

2/ Les bouchons agglomérés

Les bouchons
Fabriqués avec les chutes issues des bouchons en liège naturel.  Il s’agit d’un bouchon obtenu par moulage individuel ou par extrusion. Les caractéristiques du bouchon aggloméré sont différentes de celles du bouchon en liège naturel : les méthodes de production, le poids spécifique et l’aspect visuel sont différents. Le bouchon aggloméré, de par son élasticité élevée et son étanchéité efficace, est préférable aux substituts synthétiques. Il est souvent utilisés pour des vins à boire jeunes, les vins de consommation rapide d’entrée de gamme pour lesquels le facteur prix compte.

3/ Les bouchons synthétiques

Les bouchons
Les bouchons synthétiques sont des produits à base de pétrole réclamant beaucoup d’énergie pour leur production, provoquant notamment des émissions d’hydrocarbure. On estime que la production annuelle de bouchons synthétiques représente la consommation de 1650 000 tonnes de pétrole, ce qui équivaut à environ 1 tonne de pétrole pour 13 000 bouteilles de vin.  Très utilisé par l’industrie du vin produisant des vins de consommation rapide, le choix de ce type de bouchon réside dans sont prix qui défis toute concurrence.

4/ Les bouchons en verre

Les bouchons

Ce type de bouchon est tout nouveau, les bouteilles obturées avec un bouchon en verre sont rebouchables à tout moment. Entièrement recyclable par le simple geste écologique de le réintroduit dans le cycle de production du verre, cet obturateur moderne garantit la pureté des arômes. Prisé par les vignerons « tendances » ce bouchage est parfait  pour les vins sans élevage, il permet d’éviter toute oxydation! Ce qui ne correspond en aucun cas aux vins de garde qui ont besoin de respirer en bouteille. Cette alternative s’autorise aussi une esthétique qui séduit bon nombre de consommateurs.

5/ La capsule à vis

Les bouchons

Employée depuis plusieurs décennies en Suisse ou en Australie, la capsule à vis paraît plutôt adaptée au bouchage des vins fruités blancs, rosés ou rouges d’entrée ou de milieu de gamme qui sont sensibles à l’oxydation. Malheureusement, la fabrication des capsules à vis, n’est pas sans conséquences pour l’environnement, la transformation de la bauxite en aluminium demande beaucoup d’énergie, (presque autant d’énergie que l’ensemble du continent africain). Le choix de ce bouchage est prisé de l’industrie mais commence à attirer des plus petites entités viticoles qui y voit un attrait marketing et financier.

6/ Le bouchon en canne à sucre

Les bouchons
Le dernier né! Ce bouchon est fabriqué à partir de polymères végétaux dérivés de la canne à sucre. Trois ans de recherches ont été nécessaires à l’entreprise Nomacorc pour développer ce « Select bio » issu d’une matière première 100 % renouvelable et à l’empreinte carbone nulle en fin de production. Les plants de canne à sucre sont cultivés d’une manière socialement responsable, sans aucun impact ni sur l’approvisionnement alimentaire, ni sur la déforestation. Nous avons aujourd’hui aucun recul quand à la qualité de ce bouchage mais félicitons la démarche! Affaire à suivre…